Emplettes



commentaire : un livre perdu dans une caisse à moitié explosée, pleine de volumes en piteux état. Le titre est épatant, la typo bien de son époque (1925). Quant au contenu, il est parfaitement réjouissant. Morceaux choisis au hasard :






En quatrième de l'impérissable Comment embêter ceux qui vous embêtent, cette publicité pour une collection plus que prometteuse. On voit ici annoncés Pour devenir bonne vendeusePour devenir bon chauffeurPour devenir bonne secrétaire. D'après nos recherches, existeraient aussi Pour devenir bon orateur et Pour devenir bon journaliste.


La postérité n'a pas été complaisante avec Marcel Fouquier (1866-1961), qui n'a même pas droit à un début de commencement de fiche Wikipédia. Il faut passer un peu de temps sur Internet pour découvrir qu'il a écrit pas mal de livres, assez variés, et pas tous inintéressants, qu'il a visiblement connu à peu près tout le monde. Simon Arbellot parle d'un “bambocheur sympathique, spécialiste des grands-ducs et des maharadjas, intarissable sur le chapitre des mondanités.” Il était le fils d'un journaliste et homme politique, Henry Fouquier (qui a sa fiche Wikipédia, lui !), et de la veuve d'Ernest Feydeau.

Marcel Fouquier par Sem


Le film est assez connu (c'est l'avant-dernier rôle de Peter Sellers) : du coup, pour cette édition de poche, il a donné son titre au roman de Jerry Kosinsky dont il est tiré (La Présence), et une image du film sert de couverture. 0, 20 €, 120 pages, et une excellente surprise, un très bon livre - un poil daté ici et là, sans plus (la traduction, il est vrai, n'arrange pas les choses). 


Commentaires

Articles les plus consultés