Le Napus, de Léon Daudet




Sans doute souterrainement inspiré par cette grippe porcine qui menace, on s'est décidé à lire Le Napus, de Léon Daudet, qui attendait sagement son tour. Ouvrage des plus intrigants puisqu'il s'agit d'un roman de science-fiction (le titre exact est Le Napus, un fléau de l'an 2227), et qu'on a du mal à associer Léon Daudet, polémiste très énervé de l'Action Française, et la science-fiction. Ici, du reste, il faudrait plutôt parler d'anticipation. On est en 2227 et, du jour au lendemain, un véritable fléau s'abat sur le monde, qui peut toucher n'importe qui, à n'importe quel moment, désintégrant purement et simplement sa victime, dont il ne reste plus rien, sinon un petit filet de fumée. Le nom populaire - Napus - vient de la première victime de ce mal, sur les Champs-Élysées, un grand-père qui se promenait avec sa petite-fille. Le malheureux disparaît brusquement, dans un crépitement sec caractéristique, et la fillette s'exclame : "N'a pus, a grand pé a pati, n'a pus".
C'est la plus grande trouvaille du livre.
Si Léon Daudet restera surtout pour son oeuvre de mémorialiste, de polémiste et de critique littéraire, ses romans se révèlent dans l'ensemble plus que moyens - même de son vivant, ils ne connurent d'ailleurs qu'un succès assez limité. Celui-ci, écrit en 1927 pendant l'exil bruxellois de Daudet, ne fait pas exception à la règle. Pour commencer, le côté anticipation de l'ouvrage est pratiquement inexistant ; on a bien quelques innovations (comme des avions électriques ou les "cinébiblats" -"cinélivres" aux images en mouvements - ou les appareils photo-automatiques dans les rues, ancêtres des caméras de surveillance), mais elles sont assez peu convaincantes. À côté de cela, Paris donne l'impression de n'avoir pas changé d'un pouce. L'Action Française est toujours un journal très lu. Et l'unique évolution notable du genre humain est l'apparition des Polyplastes : au début du troisième millénaire, suite à une terrible guerre (30 millions de morts), on décide pour la paix universelle de faire des mariages croisés : franco-allemands, franco-anglais, italo-allemands, etc. Il en résulte un groupe humain particulier, dont les membres portent des numéros en guise de prénoms. Le héros et narrateur du Napus, qui est un Polyplaste, s'appelle 17777.
L'ouvrage est surtout pour Daudet l'occasion de se livrer à une de ses marottes : l'anti-germanisme (le titre du chapitre XI est éloquent : "Les Boches seront toujours des Boches"). Le "Boche" est évidemment traître, fourbe, revanchard... ce qui nous vaut deux guerres entre la France et l'Allemagne, qui constituent le corps du roman. Le livre se termine sans se terminer avec la mort de 17777, qui est "napusifié", sans qu'on ait un début de commencement d'explication sur l'origine du Napus.
Au final, Le Napus est un roman paresseux, qui vaut essentiellement pour l'humour parfois douteux de Daudet (lors des récits de napusifications, notamment), quelques scènes curieuses (une histoires de meurtre à Genève avec des chats policiers), ou quelques trouvailles rigolotes, comme ces champignons géants qui envahissent certaines régions. Le style est plaisant et enjoué, sans que cela suffisse à sauver le livre d'une impression dominante d'ennui. Mais on peut désormais se vanter d'avoir lu un roman d'anticipation de Léon Daudet...

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés